Le questionnaire de l'école du sabbat présenté en français est disponible afin de faciliter votre étude.

Texte à étudier : Exo. 3:14; Gen. 17:1-6; Gen. 41:45; Dan. 1:7; Gen. 15:7-18; Gen. 17:1-14; Apoc. 14:6, 7.

Verset à mémoriser : « J’établirai Mon alliance entre Moi et toi [Abraham], et tes descendants après toi, selon leurs générations: ce sera une alliance perpétuelle, en vertu de laquelle Je serai ton Dieu et celui de ta postérité après toi » (Genèse 17:7, LSG).

Etude du Samedi Après-midi

Combien se souviennent distinctement, dans leur enfance, d’une maladie ou d’un peu de pneumonie qui les a rendus très malades, avec la possibilité de quelque chose d’encore pire? Pendant la longue nuit fébrile, nous nous réveillions d’un demi-sommeil pour voir notre mère ou notre père assis sur une chaise à côté de notre lit dans la douce lueur de la veilleuse.

Ainsi, au sens figuré et humain du terme, Dieu s’asseyait au chevet d’un monde malade du péché alors que les ténèbres morales commençaient à s’approfondir dans les siècles qui ont suivi le déluge. Pour cette raison, Il a appelé Abram et a prévu d’établir, par l’intermédiaire de Son fidèle serviteur, un peuple auquel Il pourrait confier la connaissance de Sa Personne et donner le salut.

Par conséquent, Dieu a conclu avec Abram et sa postérité une alliance qui mettait l’accent plus en détail sur le plan divin visant à sauver l’humanité des conséquences du péché. Le Seigneur n’allait pas laisser Son monde sans surveillance, Il ne pouvait pas ne pas être avec lui alors qu’il était dans un si grand besoin. Cette semaine, nous nous pencherons sur le déploiement de nouvelles promesses d’alliance.

Aperçu de la semaine: Quel est le nom de Dieu? Que signifie-t-il? Quelle est la signification des noms que Dieu a utilisés pour s’identifier à Abram? Quels noms a-t-Il utilisés pour s’identifier? Pourquoi Dieu a-t-Il changé le nom d’Abram en Abraham? Pourquoi les noms sont-ils importants? Quelles conditions, ou obligations, étaient attachées à l’alliance?

_* Étudiez cette leçon pour le sabbat 24 Avril._

Etude de Dimanche

Yahweh et l’alliance d’Abraham

« L’Éternel lui dit encore: Je suis l’Éternel, qui t’ai fait sortir d’Ur en Chaldée, pour te donner en possession ce pays » (Genèse 15:7).

Les noms peuvent parfois être comme des marques déposées. Ils deviennent si étroitement associés dans notre esprit à certaines caractéristiques que lorsque nous entendons le nom, nous nous souvenons immédiatement de ces traits. Quels traits nous viennent à l’esprit, par exemple, quand on pense à ces noms: Albert Einstein, Martin Luther King Jr., Gandhi, ou Dorcas? Chacun d’entre eux est associé à certaines caractéristiques et à certains idéaux.

À l’époque de la Bible, les peuples du Proche-Orient attachaient une grande importance à la signification des noms. « Les Hébreux ont toujours pensé qu’un nom indiquait soit les caractéristiques personnelles de la personne nommée, soit les pensées et les émotions de celui qui le donnait, soit les circonstances qui l’accompagnaient au moment où le nom était donné. » – (traduit de The SDA Bible Commentary, vol. 1, p. 523).

Lorsque Dieu est entré pour la première fois dans une relation d’alliance avec Abram, Il s’est fait connaitre du patriarche sous le nom de YHWH (écrit en caractères d’imprimerie comme Éternel, en majuscules dans la version Louis Segond [Gen. 15:7] et prononcé Yahweh). Ainsi, Genèse 15:7 se lit littéralement: « Je suis YHWH, qui t’ai fait sortir… »

Le nom YHWH, bien qu’il apparaisse 6 828 fois dans l’Ancien Testament, est quelque peu enveloppé de mystère. Il semble être une forme du verbe hayah, « être », auquel cas il signifierait, « l’Éternel », « Celui qui existe », « Celui qui existe déjà », « Celui qui se suffit à Lui-même », ou « Celui qui vit éternellement. » Les attributs divins qui semblent être mis en valeur par ce titre sont ceux de l’existence même et de la fidélité. Ils désignent le Seigneur comme le Dieu vivant, la Source de vie, en contraste avec les dieux des païens, qui n’avaient pas d’existence en dehors de l’imagination de leurs adorateurs.

Dieu Lui-même donne la signification de Yahweh dans Exode 3:14 – « JE SUIS CELUI QUI SUIS ». Ce sens exprime la réalité de l’existence inconditionnelle de Dieu, tout en suggérant Son contrôle absolu sur le passé, le présent et l’avenir.

Yahweh est également le nom personnel de Dieu. L’identification de Yahweh comme Celui qui a fait sortir Abram d’Ur fait référence à l’annonce de l’alliance de Dieu avec lui dans Genèse 12:1-3. Dieu veut qu’Abram connaisse Son nom, car ce nom révèle des aspects de Son identité, de Sa nature personnelle et de Son caractère; et de cette connaissance, nous pouvons apprendre à avoir confiance à Ses promesses (Ps. 9:10, Ps. 91:14).

Yahweh est également le nom personnel de Dieu. L’identification de Yahweh comme Celui qui a fait sortir Abram d’Ur fait référence à l’annonce de l’alliance de Dieu avec lui dans Genèse 12:1-3. Dieu veut qu’Abram connaisse Son nom, car ce nom révèle des aspects de Son identité, de Sa nature personnelle et de Son caractère; et de cette connaissance, nous pouvons apprendre à avoir confiance à Ses promesses (Ps. 9:10, Ps. 91:14).

Lorsque vous pensez ou entendez le nom Yahweh, quels traits ou caractéristiques vous viennent automatiquement à l’esprit? Ceux de l’amour, de la bonté, et des soins ou ceux de la peur, de la rigueur et de la discipline? Quelles sont les pensées qui vous viennent automatiquement à l’esprit lorsque vous pensez au nom de Jésus?

Etude de Lundi

‘El Shaddai

« Lorsque Abram fut âgé de quatre-vingt-dix neuf ans, l’Éternel apparut à Abram, et lui dit: Je suis le Dieu tout-puissant. Marche devant Ma face, et sois intègre » (Gen. 17:1).

Yahweh était déjà apparu à Abraham plusieurs fois auparavant (Gen. 12:1, 7; Gen. 13:14; Gen. 15:1, 7, 18).

Maintenant, dans le texte ci-dessus, Yahweh apparaît à nouveau à Abram (« l’Éternel apparut à Abram »), se présentant comme « Dieu Tout-Puissant », un nom qui n’est utilisé que dans le livre de Genèse et dans le livre de Job. Le nom « Dieu Tout-Puissant » est d’abord constitué de ‘El, le nom de base de Dieu utilisé parmi les Sémites. Bien que la signification exacte de Shaddai ne soit pas tout à fait certaine, la traduction « Tout-Puissant » semble la plus exacte. (voir Esa. 13:6 et Joël 1:15.) L’idée cruciale dans l’utilisation de ce nom semble être celle de mettre en contraste la puissance et le pouvoir de Dieu avec la faiblesse et la fragilité de l’humanité.

Lisez Genèse 17:1-6, qui aide à placer le tout dans un contexte plus large. Pourquoi le Seigneur voudrait-Il à ce moment souligner à Abram Sa puissance et Son pouvoir? Que disait Dieu qui exigerait qu’Abram ait confiance en cette puissance? Voyez particulièrement le verset 6.

Une traduction littérale de Genèse 17:1-6 serait, « Jéhovah apparut à Abram, et lui dit: Je suis ‘El-Shaddai. Marche devant Ma face, et sois intègre. J’établirai Mon alliance entre Moi et toi, et je te multiplierai à l’infini…Tu deviendras père d’une multitude de nations… Je te rendrai fécond à l’infini ». Ce même nom apparait également dans Genèse 28:3, où Isaac dit qu’« ‘El-Shaddai te bénisse, te rende fécond et te multiplie ».

Une promesse similaire d’El-Shaddai se trouve dans Genèse 35:11, Genèse 43:14, et Genèse 49:25, des passages qui suggèrent la générosité exercée par Dieu: ’El, le Dieu de la puissance et de l’autorité, et Shaddai, le Dieu des richesses inépuisables, des richesses qu’Il est prêt à accorder à ceux qui les cherchent dans la foi et l’obéissance.

Il a été dit qu’une rose portant un autre nom aurait une odeur aussi douce, l’idée étant que le nom n’a pas d’importance. Pourtant, quelle consolation et quelle espérance auriez-vous si le nom du Seigneur était « Le Dieu fragile » ou « Le Dieu faible »? Revoyez le texte d’aujourd’hui. Remplacez « Dieu Tout-Puissant » par ces deux autres noms. Quel impact cela aurait-il sur votre foi et votre confiance en Lui si le Seigneur se présentait à nous de cette façon? En même temps, comment le nom ‘El-Shaddai nous console-t-il?

Etude de Mardi

D’Abram à Abraham

Bien que les noms de Dieu aient une signification spirituelle et théologique, ils ne se terminent pas seulement avec Dieu. Les noms des peuples de l’ancien Proche-Orient n’étaient pas seulement des moyens d’identification insignifiants comme ils le sont souvent pour nous. Nommer une fille Marie ou Susane ne fait pas beaucoup de différence aujourd’hui. Pour les anciens Sémites, cependant, les noms humains étaient lourdement chargés de signification spirituelle. Tous les noms sémitiques des personnes ont une signification et consistent généralement en une expression ou une courte phrase qui comprend un souhait ou une expression de gratitude de la part du parent. Par exemple, Daniel signifie « Dieu est juge »; Joël signifie « Yahweh est Dieu »; Nathan signifie « Don de Dieu ».

En raison de l’importance attachée aux noms, les noms étaient souvent changés pour refléter un changement radical dans la vie et la situation de quelqu’un.

Consultez les textes suivants. Quelles situations abordent-ils, et pourquoi les noms ont-ils été changés dans ces situations?

Gen. 32:28

Gen. 41:45

Dan. 1:7

En un sens, cependant, il n’est pas si difficile, même pour les esprits modernes, de comprendre la signification du nom d’une personne. Il y a des effets subtils, et, parfois, pas si subtils. Si une personne est constamment traitée de « stupide » ou de « moche », tôt ou tard, ces noms pourraient avoir un impact sur la façon dont la personne se perçoit. De la même manière, en donnant aux gens certains noms, ou en changeant leur nom, il semble possible d’influencer leur comportement.

En gardant cela à l’esprit, il n’est pas si difficile de comprendre pourquoi Dieu voudrait changer Abram en Abraham. Abram signifie « Le père est exalté »; Dieu l’a changé en Abraham, ce qui signifie « le père d’une multitude ». Lorsque vous regardez la promesse de l’alliance dans laquelle Dieu dit: « Je te rendrai fécond à l’infini, je ferai de toi des nations; et des rois sortiront de toi » (Gen. 17:6, LSG), le changement de nom est plus logique. Peut-être était-ce la façon dont Dieu aidait Abraham à avoir confiance en la promesse de l’alliance, qui était faite à un homme de 99 ans marié à une vieille femme désormais stérile. En bref, Dieu l’a fait pour aider à accroitre la foi d’Abraham aux promesses que Dieu lui a faites.

Etude de Mercredi

Les étapes de l’alliance

Dans ces deux versets, la première étape de la promesse d’alliance de Dieu à Abram (il y en a trois) est révélée. Dieu s’est approché d’Abram, lui a donné un ordre, puis une promesse. Cette approche exprime l’élection gracieuse d’Abram par Dieu pour être la première grande figure de Son alliance de grâce spéciale. Le commandement implique l’épreuve de la confiance totale en Dieu (Heb. 11:8). La promesse (Gen. 12:1-3, 7), bien que faite spécifiquement aux descendants d’Abram, comprend finalement une promesse à toute la race humaine (Gen. 12:3, Gal. 3:6-9).

La deuxième étape de l’alliance de Dieu avec Abram apparait dans Genèse 15:7-18. Dans quels versets retrouve-t-on certaines des étapes qui sont apparues dans la première étape?

- L’approche de Dieu vers l’homme?

- L’appel à l’obéissance de l’homme?

- La promesse divine?

Lors du rituel solennel de la deuxième étape, l’Éternel est apparu à Abram et est passé entre les morceaux d’animaux soigneusement disposés. Chacun des trois animaux a été abattu et divisé et les deux moitiés ont été placées l’une contre l’autre, avec un espace entre elles. Les oiseaux furent tués mais pas divisés. Ceux qui s’engageaient dans l’alliance devaient marcher entre les morceaux divisés, jurant symboliquement une obéissance perpétuelle aux dispositions ainsi solennellement convenues.

Décrivez ce qui s’est passé lors de la troisième et dernière étape de l’alliance divine avec Abraham. (Voir Gen. 17:1-14.)

La signification du nom Abraham souligne le désir et le dessein de Dieu de sauver tous les peuples. Les « multitudes de nations » incluraient à la fois les Juifs et les païens. Le Nouveau Testament indique très clairement que les véritables descendants d’Abraham sont ceux qui ont la foi d’Abraham et qui placent leur confiance dans les mérites du Messie promis. (Voir Gal. 3:7, 29.) Ainsi, dès l’époque d’Abraham, l’intention du Seigneur était de sauver autant d’êtres humains qu’Il le pouvait, quelles que soient les nations dans lesquelles ils vivaient. Il n’y a aucun doute que ce dessein de Dieu n’est pas différent aujourd’hui.

Lisez Apocalypse 14:6, 7, le message du premier ange. Quels parallèles pouvez-vous trouver entre ce que dit l’ange et ce qui s’est passé dans l’alliance d’Abraham? En quoi les questions sont-elles les mêmes?

Etude de Jeudi

Les obligations de l’alliance

« Car je l’ai choisi, afin qu’il ordonne à ses fils et à sa maison après lui de garder la voie de l’Éternel, en pratiquant la droiture et la justice, et qu’ainsi l’Éternel accomplisse en faveur d’Abraham les promesses qu’Il a faites » (Gen. 18:19)

Comme nous l’avons vu jusqu’à présent, l’alliance est toujours une alliance de grâce, de Dieu faisant pour nous ce que nous ne pourrions jamais faire pour nous-mêmes. L’alliance avec Abraham ne fait pas exception à la règle.

Dans Sa grâce, Dieu avait choisi Abraham comme instrument pour proclamer le plan du salut au monde.

L’accomplissement par Dieu des promesses de Son alliance était cependant lié à la volonté d’Abraham de faire ce qui est juste et de Lui obéir par la foi. Sans cette obéissance de la part d’Abraham, Dieu ne pouvait pas l’utiliser.

Genèse 18:19 montre comment la grâce et la loi sont liées. Elle s’ouvre sur la grâce (« Je l’ai choisi ») et est suivie par le fait qu’Abraham est quelqu’un qui obéira au Seigneur et fera également obéir sa famille. La foi et les œuvres apparaissent donc ici en étroite union, comme il se doit (Voir Jacques 2:17.)

Remarquez cependant la formulation de Genèse 18:19, en particulier la dernière proposition. Que dit-elle ici au sujet de l’obéissance d’Abraham? Bien que l’obéissance ne soit pas le moyen du salut, quelle importance a-t-elle ici? D’après ce texte, l’alliance pourrait-elle s’accomplir sans elle? Expliquez votre réponse.

Les bénédictions de l’alliance ne pouvaient être appréciées ou maintenues à moins que certaines conditions soient remplies par les bénéficiaires. Bien que les conditions ne soient pas nécessaires pour établir l’alliance, elles doivent être les réponses de l’amour, de la foi et de l’obéissance. Elles devaient être la manifestation d’une relation entre l’homme et Dieu. L’obéissance était le moyen par lequel Dieu pouvait accomplir Ses promesses de l’alliance envers le peuple.

La rupture de l’alliance, par la désobéissance, est l’infidélité à une relation établie. Lorsque l’alliance est rompue, ce qui est rompu n’est pas la condition de l’octroi, mais la condition de l’accomplissement.

Dans votre propre expérience avec le Seigneur, pouvez-vous comprendre pourquoi l’obéissance est si importante? Pouvez-vous penser à des exemples, tirés de la Bible ou de votre propre expérience, où la désobéissance rend impossible l’accomplissement des promesses de l’alliance? Si oui, quels sont-ils, et, plus important encore, quel est le remède?

Etude de Vendredi

Réflexion avancée

Lisez Ellen G. White, « L’appel d’Abraham », pp. 46-47, dans Patriarches et prophètes; « Juifs et Gentils », p. 158-168, dans Conquérants pacifiques.

L’arc-en-ciel est un signe de l’alliance de Dieu avec Noé. Lisez Genèse 17:10 pour découvrir quel était le signe de l’alliance de Dieu avec Abraham. La circoncision « était destinée: (1) à distinguer la postérité d’Abraham des païens (Eph. 2:11), (2) à perpétuer la mémoire de l’alliance de Jéhovah (Gen. 17:11), (3) à favoriser la culture de la pureté morale (Deut. 10:16), (4) à représenter la justice par la foi (Rom. 4:11), (5) à symboliser la circoncision du cœur (Rom. 2:29), et (6) à préfigurer le rite chrétien du baptême (Col. 2:11, 12). » – (traduit de The SDA Bible Commentary, vol. 1, pp. 322, 323).

L’arc-en-ciel restera comme un signe de la promesse de Dieu jusqu’à la fin du monde, mais le signe de la circoncision ne le sera pas. Selon l’apôtre Paul, la circoncision a été reçue par Abraham comme un gage de la justice qu’il avait reçue par la foi en Dieu (Rom. 4:11). Cependant, à travers les siècles, la circoncision en est venue à signifier le salut par l’obéissance à la loi. À l’époque du Nouveau Testament, la circoncision avait perdu sa signification. Au contraire, l’élément essentiel est la foi en Jésus-Christ, qui conduit à une vie obéissante et transformée. Lisez Galates 5:6; Galates 18:15; et 1 Corinthiens 7:18, 19.

Discussion:

1. Discutez de la relation entre la foi et les œuvres. Peut-il y avoir l’une sans l’autre? Si non, pourquoi?

2. Beaucoup de croyants, aujourd’hui encore, sont soumis à la même épreuve que le patriarche, avertis, non par une voix venant directement du ciel, mais par la Parole de Dieu et des circonstances providentielles. Ils sont appelés à abandonner une carrière qui leur promet la fortune et les honneurs, à quitter leurs proches ou à renoncer à un milieu agréable et avantageux, pour entrer dans une voie où les attendent des inconvénients, des renoncements, des sacrifices. Une vie facile, un entourage sympathique risqueraient d’entraver la formation morale indispensable à l’accomplissement de l’œuvre à laquelle le Seigneur les destine. En conséquence, il les emmène loin des influences et des conseils humains, là où, n’ayant plus que Dieu pour ressource, ils pourront mieux le connaitre. Heureux mortels, ceux qui acceptent des devoirs tout nouveaux dans des champs d’activité inexplorés, et qui sont prêt à travailler pour Dieu d’un coeur ferme et joyeux. » – Ellen G. White, Patriarches et prophètes, pp. 46.

Résumé:

Dieu a appelé Abraham à une relation spéciale avec Lui, une relation qui allait révéler le plan du salut au monde.

Haut de page