Le questionnaire de l'école du sabbat présenté en français est disponible afin de faciliter votre étude.

Texte à étudier : Exode 19:6, Esa. 56:7, Heb. 2:9, Deut. 4:13, Deut. 10:13, Amos 3:3, Gen. 18:19.

Verset à mémoriser :

« Sache donc que c’est l’Éternel, ton Dieu, qui est Dieu. Ce Dieu fidèle garde son alliance et sa miséricorde jusqu’à la millième génération envers ceux qui l’aiment et qui observent ses commandements » (Deutéronome 7:9, LSG).

Etude du Samedi Après-midi

L’une des phrases importantes du Psaume 23 indique où Dieu désire nous conduire. « Il me conduit dans les sentiers de la justice, à cause de Son nom », déclare David au verset 3 (c’est l’auteur qui souligne). En raison de sa propre droiture morale, Dieu ne nous égarera jamais. Il nous fournira des sentiers surs pour notre cheminement spirituel dans la vie.

Quels sont les « sentiers de la justice » surs? L’auteur d’un autre psaume répond à cette question par un sujet de prière: « conduis-moi dans le sentier de Tes commandements, car je l’aime » (Ps. 119:35, c’est l’auteur qui souligne). « Tous Tes commandements sont justes » (Ps. 119:172). La loi de Dieu est un sentier sûr et ferme à travers le marécage perfide de l’existence humaine.

Notre leçon de cette semaine est centrée sur la loi de Dieu et sa place dans l’alliance du Sinaï.

Aperçu de la semaine: Que signifie l’élection d’Israël? En quoi l’élection d’Israël est-elle parallèle à la nôtre? Quelle était l’importance de la loi dans l’alliance? L’alliance est-elle inconditionnelle? Pourquoi l’obéissance fait-elle partie intégrante de la relation d’alliance?

_* Étudiez cette leçon pour le sabbat 22 Mai._

Etude de Dimanche

L’élection d’Israël

La tradition juive enseignait que Dieu a fait l’alliance avec Israël uniquement parce que les autres nations l’ont d’abord rejetée. Bien qu’il n’y ait pas de preuve biblique de cette position, elle permet cependant de rappeler que, quelles que soient les raisons pour lesquelles le Seigneur a choisi la nation hébraïque, ce n’était pas parce qu’elle méritait le grand honneur et le privilège que le Seigneur lui accordait. Ils n’avaient aucun mérite propre qui les rendait dignes de l’amour de Dieu et du fait qu’Il les ait choisis en tant que Son peuple. Ils étaient peu nombreux, un groupe de tribus asservies, et politiquement et militairement faibles. De plus, en termes de culture et de religion, ils étaient métissés, fades, et sans grande influence. La cause fondamentale de l’élection d’Israël réside donc dans le mystère de l’amour et de la grâce de Dieu.

En même temps, cependant, nous devons être prudents lorsque nous examinons cette idée d’élection, car elle est porteuse d’un risque de malentendu théologique. Pourquoi Dieu a-t-Il choisi Israël? Était-il destiné à être racheté, alors que tous les autres ont été choisis pour être rejetés et perdus? Ou bien a-t-il été choisi pour être un véhicule qui offrirait au monde ce qu’on lui avait offert? Comment les versets suivants nous aident-ils à comprendre les réponses à ces questions?

Exo. 19:6

Esa. 56:7

Heb. 2:9

En tant qu’Adventistes du Septième Jour, nous aimons nous considérer comme l’homologue moderne d’Israël, appelé par le Seigneur, non pas pour être les seuls rachetés, mais pour proclamer au monde le message de la rédemption, dans le contexte des messages des trois anges. En bref, nous croyons avoir quelque chose à dire que personne d’autre ne dit. C’est, en gros, la situation avec l’ancien Israël. Le but de l’élection d’Israël n’était pas de transformer la nation hébraïque en un club exclusif, en s’accaparant la promesse du salut et de la rédemption. Au contraire, si nous croyons que Christ est mort pour toute l’humanité (Heb. 2:9), alors la rédemption que le Seigneur a offerte à Israël a également été offerte au monde entier. Israël était censé être le véhicule par lequel cette rédemption devait être connue. Notre église a été appelée à faire la même chose.

Regardez votre propre rôle dans l’église. Que pouvez-vous faire pour aider à promouvoir l’œuvre que nous avons été appelés à faire? Souvenez-vous que si vous n’aidez pas activement, il est plus que probable que vous ferez obstacle, dans une certaine mesure.

Etude de Lundi

Des relations d’alliance

« Il publia Son alliance, qu’Il vous ordonna d’observer, les dix commandements; et Il les écrivit sur deux tablettes de pierre » (Deut. 4:13).

Nous avons beau insister sur le fait que l’alliance est toujours une alliance de grâce, qu’elle n’est que le résultat de la faveur imméritée que Dieu accorde à ceux qui entrent dans une relation salvatrice avec Lui, la grâce n’est pas une autorisation de désobéir. Au contraire, l’alliance et la loi vont de pair; elles sont, en fait, inséparables.

Relisez le texte cité ci-dessus. Quel est le lien étroit entre l’alliance et la loi? Comment cela montre-t-il à quel point la loi est fondamentale à l’alliance?

Quand on réfléchit à ce qu’est une alliance, le concept de la loi comme partie intégrante prend tout son sens. Si nous comprenons l’alliance comme étant, entre autres, une relation, alors il faut établir une sorte de règles et de limites. Quelle serait la durée d’un mariage, d’une amitié ou d’un partenariat commercial s’il n’y avait pas de limites ou de règles, qu’elles soient spécifiquement exprimées ou tacitement comprises? Le mari décide de prendre une petite amie ou l’ami décide de se servir dans le portefeuille de l’autre, ou un partenaire commercial, sans le dire à l’autre, invite une autre personne à se joindre à leur entreprise. Ces actes constitueraient une violation des règles, des lois et des principes. Combien de temps ces relations dureront-elles dans de telles circonstances anarchiques? C’est pourquoi il faut établir des limites, des lignes et des règles. Ce n’est qu’ainsi que la relation pourra être maintenue.

En fait, diverses expressions telles que loi (Ps. 78:10) statuts (Ps. 50:16), témoignages (Ps. 25:10), commandements (Ps. 103:18), et parole de l’Éternel (Deut. 33:9) se trouvent en parallèle ou en association étroite avec le mot alliance. De toute évidence, « les paroles de cette alliance » (Jer. 11:3, 6, 8) sont les paroles de la loi, des statuts, des témoignages et des commandements de Dieu.

L’alliance de Dieu avec Son peuple Israël contenait diverses exigences qui seraient cruciales pour maintenir la relation spéciale qu’Il recherchait avec Son peuple. Est-ce différent aujourd’hui?

Pensez à quelqu’un avec qui vous avez une relation étroite. Maintenant, imaginez ce qui arriverait à cette relation si vous ne vous sentiez pas lié par des règles, des normes ou des lois, mais que vous croyiez avoir une totale liberté de faire ce que vous voulez. Même si vous dites que vous aimez cette personne et que seul l’amour décidera de la façon dont vous vous comportez avec elle, pourquoi faut-il toujours des règles? Discutez.

Etude de Mardi

La loi dans le cadre de l’alliance

Quelles sont vos premières pensées lorsque vous pensez à la loi? Les policiers, les contraventions, les juges et la prison? Ou pensez-vous aux restrictions, aux règles, aux parents autoritaires, et aux punitions? Ou, peut-être, pensez-vous à l’ordre, à l’harmonie, à la stabilité? Ou peut-être même à l’amour?

Le mot hébreu torah, traduit par « loi » dans nos Bibles, signifie « enseignement » ou « instruction ». Le terme peut être utilisé pour désigner toutes les instructions de Dieu, qu’elles soient morales, civiles, sociales ou religieuses. Il implique tous les sages conseils que Dieu a gracieusement donnés à Son peuple, afin qu’il puisse avoir une vie abondante, aussi bien physiquement que spirituellement. Il n’est pas étonnant que le psalmiste puisse qualifier de bienheureux, l’homme qui « trouve son plaisir dans la loi de l’Éternel, et qui la médite jour et nuit » (Ps. 1:2).

Lorsque nous lisons la loi ou la Torah, les instructions et les enseignements consignés dans les livres de Moïse qui sont devenus une partie de l’alliance d’Israël, nous sommes impressionnés par le large éventail d’instructions. La loi touche à tous les aspects du mode israélien: l’agriculture, le gouvernement civil, les relations sociales et le culte.

Pourquoi pensez-vous que Dieu a fourni autant d’instructions à Israël? De quelle manière ces instructions étaient-elles pour leur « bien »?

L’œuvre de la « loi » dans le cadre de l’alliance consistait à fournir des lignes directrices à la nouvelle vie du partenaire humain de l’alliance. La loi introduit le partenaire de l’alliance à la volonté de Dieu, afin qu’il apprenne à connaitre au sens large du terme en obéissant par la foi à Ses commandements et aux autres expressions de Sa volonté.

Le rôle joué par la loi dans la réalité vivante des relations de l’alliance a montré qu’Israël ne pouvait pas suivre les voies des autres nations. Ils ne pouvaient pas vivre selon la loi naturelle, les besoins et les désirs humains, ni même selon les nécessités sociales, politiques et économiques. Ils ne pouvaient continuer à être la sainte nation, le royaume sacerdotal et le trésor spécial de Dieu que par une obéissance sans compromis à la volonté révélée du Dieu créateur de l’alliance dans tous les domaines de la vie.

Comme dans l’ancien Israël, les Adventistes du Septième Jour ont reçu un large éventail de conseils relatifs à chaque phase de la vie chrétienne par le biais d’une manifestation moderne du don prophétique. Pourquoi devrions-nous considérer ces conseils comme un don de Dieu plutôt que comme un préjudice à la pensée et à l’action indépendantes? Dans le même temps, quels dangers courons-nous à transformer ce don en quelque chose de légaliste, comme l’ont fait les Israélites avec leurs dons? (Voir Rom. 9:32).

Etude de Mercredi

La stabilité de la loi de Dieu

Quelle vérité sur Dieu la présence de la loi de Dieu dans la relation d’alliance nous enseigne-t-elle sur Sa nature essentielle? Mal. 3:6, Jacques 1:17.

La loi de Dieu est l’expression orale ou écrite de Sa volonté (Ps. 40:8). Parce qu’elle est une transcription de Son caractère, sa présence dans l’alliance nous assure de la permanence et de la fiabilité de Dieu. Bien que nous ne soyons pas toujours en mesure de discerner les œuvres de Sa providence, nous savons qu’Il est digne de confiance. Son univers est soumis à des lois morales et physiques invariables. C’est ce fait qui nous donne la véritable liberté et la véritable sécurité.

« L’assurance que Dieu est fiable et digne de confiance réside dans la vérité qu’Il est un Dieu de loi. Sa volonté et Sa loi ne font qu’un. Dieu dit que la loi est juste parce qu’elle décrit les meilleures relations possibles. Par conséquent, la loi de Dieu n’est jamais arbitraire ou sujette à la fantaisie et au caprice. C’est la chose la plus stable de l’univers. » (Walter R. Beach, Dimensions in Salvation, Washington, D.C.: Review and Herald Publishing Association, 1963, p. 143).

Si la loi de Dieu ne peut pas sauver une personne du péché, pourquoi l’a-t-Il fait figurer dans l’alliance? (Indice: voir Amos 3:3.)

Une relation nécessite un accord et une harmonie. Parce que Dieu n’est pas seulement le Créateur du monde mais aussi son Gouverneur moral, la loi est essentielle pour le bonheur de Ses êtres intelligents créés pour vivre en harmonie avec Lui. Sa loi, expression de Sa volonté, est donc la constitution de Son gouvernement. Elle est naturellement la norme ou l’obligation de l’accord et de la relation de l’alliance. Son but n’est pas de sauver, mais de définir notre devoir envers Dieu (les commandements 1-4) et notre devoir envers nos semblables (les commandements 5-10). En d’autres termes, elle définit le mode de vie que Dieu conçoit pour que les enfants de Son alliance puissent vivre, pour leur propre bonheur et leur bienêtre. Elle a empêché Israël de substituer une autre philosophie comme mode de vie. Le but de la relation d’alliance était et reste d’amener le croyant, par la grâce transformatrice de Dieu, à s’harmoniser avec Sa volonté et Son caractère.

Regardez autour de vous. Ne pouvez-vous pas voir les effets dévastateurs de l’anarchie? Même dans votre propre vie, ne pouvez-vous pas voir les dommages causés par la violation de la loi de Dieu? De quelle manière ces réalités aident-elles à affirmer la bonté de la loi de Dieu et pourquoi la loi devrait-elle être un élément crucial de notre relation avec Lui?

Etude de Jeudi

Si...

Cherchez les versets suivants. Quel est le point commun entre eux et qu’est-ce que cela nous apprend sur la nature de l’alliance?

Gen. 18:19

Gen. 26:4, 5

Exode 19:5

Lev. 26:3

Dieu reconnait ouvertement l’obéissance fidèle d’Abraham à « Mes commandements, Mes statuts et Mes lois » (Gen. 26: 5). Il est sous-entendu que Dieu attendait un tel style de vie de la part de Son partenaire humain dans l’alliance. La déclaration complète de l’alliance biblique au Sinaï montre de façon très évidente que les conditions d’obéissance sont l’un des aspects fondamentaux de l’alliance.

Exode 19:5 dit clairement: « Si vous écoutez… » L’aspect conditionnel de l’alliance est indéniable; bien qu’elles aient été accordées par la grâce, bien qu’elles n’aient pas été méritées, bien qu’elles aient été un don pour eux, les promesses de l’alliance n’étaient pas inconditionnelles. Le peuple pouvait rejeter le don, nier la grâce et se détourner des promesses. L’alliance, tout comme le salut, n’annule jamais le libre arbitre. Le Seigneur ne force pas les gens à avoir une relation salvatrice avec Lui; Il ne leur impose pas une alliance. Il l’offre librement à tous; chacun est invité à l’accepter. Lorsqu’on le fait, des obligations s’ensuivent, non pas comme un moyen de gagner la bénédiction de l’alliance, mais comme une manifestation extérieure du fait d’avoir reçu les bénédictions de l’alliance. Israël doit obéir, non pas pour mériter les promesses, mais pour que les promesses puissent être accomplies en elle. Son obéissance était une expression de ce que c’est que d’être béni par le Seigneur. L’obéissance ne permet pas de mériter les bénédictions, en ce sens que Dieu est obligé de les accorder; l’obéissance, au contraire, crée un environnement où la bénédiction de la foi peut être rendue manifeste.

« Vous suivrez entièrement la voie que l’Éternel, votre Dieu, vous a prescrite, afin que vous viviez et que vous soyez heureux, afin que vous prolongiez vos jours dans le pays dont vous aurez la possession » (Deut. 5:33). L’Éternel dit-Il ici à Israël que s’ils obéissent, ils mériteront ces bénédictions, que ces bénédictions sont celles qui sont dues au peuple? Ou bien dit-Il: si vous obéissez, ces bénédictions peuvent en résulter parce que l’obéissance ouvre la voie pour que Je puisse répandre les bénédictions sur vous? Quelle est la différence entre ces deux idées?

Etude de Vendredi

Réflexion avancée

Lisez Ellen G. White, « Controverses », pp. 596, 597 dans Jésus-Christ; et « La loi et les alliances », p. 136-139, dans Patriarches et prophètes.

Comment Matthieu 22:34-40 nous aide-t-il à mieux comprendre (1) la place et la signification de la loi de Dieu dans Son alliance et (2) le concept selon lequel l’alliance est synonyme de relation?

« Il faut d’abord que l’amour soit dans le cœur avant qu’une personne puisse, dans la force et par la grâce du Christ, commencer à observer les préceptes de la loi de Dieu (cf. Rom. 8:3, 4). L’obéissance sans amour est aussi impossible qu’elle est sans valeur. Mais là où l’amour est présent, la personne se met automatiquement en route pour ordonner sa vie en harmonie avec la volonté de Dieu telle qu’elle est exprimée dans Ses commandements. » (traduit de The SDA Bible Commentary, vol. 5, p. 484).

« Dieu a donné, dans les préceptes de Sa sainte loi, une règle de vie parfaite, et il a déclaré que jusqu’à la ?n des temps cette loi qui ne doit pas varier d’un seul iota règnera sur les êtres humains. Le Christ est venu pour l’honorer et la magni?er. Il a montré qu’elle repose sur les bases solides de l’amour envers Dieu et envers le prochain, et que le devoir de l’homme réside dans l’obéissance à ses préceptes. Le Christ a donné personnellement l’exemple de l’obéissance. Dans le sermon sur la montagne, Il a montré que les exigences de la loi dépassent les actes extérieurs et s’inspirent des pensées et des intentions du cœur. » – Ellen G. White, Conquérants pacifiques, p. 428.

Discussion:

1. Pourquoi le fil de l’amour exerce-t-il une traction plus forte que la corde de la peur pour attirer les êtres humains vers Dieu?

2. Pourquoi le commandement d’ « aimer le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée » (Matt. 22:37, LSG) est-il le premier et le plus grand commandement?

3. Simone Weil a écrit que: « L’ordre est le premier besoin de tous. » (Cité dans Russell Kirk, The Roots of American Order [Washington, D.C.: Regnery Gateway, 1992], p. 3). Comment comprenez-vous ses paroles dans le contexte de la leçon de la semaine, notamment en ce qui concerne l’idée de loi?

Résumé

La loi de Dieu faisait partie intégrante de l’alliance. Pourtant, c’était une véritable alliance de grâce. La grâce, cependant, n’annule jamais la nécessité de la loi. Au contraire, la loi est un moyen par lequel la grâce se manifeste et s’exprime dans la vie de ceux qui reçoivent la grâce.

Haut de page